please come visit my professional website . . .

March 08, 2008

Développer une relation thérapeutique auprès d'un enfant

« La petite Annie », née dans l'état de Massachusetts en 1866, était aveugle suite à une maladie à l'âge de cinq ans. Le père étant absent et la mère décédée, elle fût placée à l'âge de 10 ans à l'Institut Tewksbury, un orphelinat psychiatrique. Annie n'ayant pas développé des aptitudes pour s'exprimer, elle extériorisait ses frustrations physiquement, en donnant des coups de pieds. Finalement, on l'enferma dans une cellule—vraiment un cas désespéré. Pourtant, une vieille infirmière réussit à établir un lien avec elle. Chaque midi cette dame prenait son repas à l'extérieur de la cellule d'Annie et lui parlait, lui racontait des histoires. La petite Annie commença tranquillement à lui parler un peu . . . et les médecins commencèrent à voir des changements positifs et significatifs chez la petite fille.

Un peu plus tard, encouragé par ces changements, on invita Annie à aider d'autres enfants en difficultés en lui enseignant certaines techniques. À l'âge de 14 ans elle fût opérée pour la vue au Perkins Institute, une école de Boston pour les aveugles. Elle continua à progresser et à gagner le respect de ses enseignants et de ses pairs.

En 1886, elle fût recommandée par un spécialiste – qui s'appelait Alexander Graham Bell – pour devenir l'enseignante d'un autre « cas désespéré », une fille de six ans qui était sourde-muette et aveugle. C'est ainsi qu' Anne Sullivan – la petite Annie – est devenue l'amie et l'enseignante à vie de Helen Keller, qui allait devenir grâce à son influence et son dévouement, une des femmes les plus renommées au monde du début du 20ième siècle.

Helen Keller a appris à parler. Elle a été la première personne aveugle et sourde dans l'histoire à être diplômée. Elle a écrit des livres et elle a apporté de l'espoir aux personnes vivant avec un handicap physique. Elle a été honorée dans le monde entier et fût à maintes reprises l'invitée d'honneur des gouvernements et des universités. Ses livres ont été traduits dans plus de 50 langues et on a fait deux films sur sa vie.

Par conséquent on peut voir dans la vie de ces deux femmes l'importance et l'impact potentiel qu'une relation d'aide peut avoir.

Bien sûr, avant de pouvoir intervenir de façon efficace auprès des enfants, il nous faut une compréhension de leur développement normal et il faut aussi connaître le processus de changement thérapeutique. . . mais à part ces connaissances, certaines qualités personnelles peuvent faciliter notre cheminement auprès de nos clients enfants.

Pour être un bon intervenant ou thérapeute auprès des enfants, voici ce que je considère être des qualités personnelles de base :

• Un amour authentique pour les enfants – car ils vont savoir si vous trouvez votre travail auprès d'eux agréable et stimulant . . . ou si votre sourire est forcé ;


• Savoir vous faire écouter et apprécier par les enfants ;

• Un contact avec votre « enfant intérieur », la capacité de puiser facilement dans les souvenirs de votre propre enfance, y compris des conflits et des douleurs (pour ne pas confondre votre propre travail thérapeutique avec votre métier) ;


• Savoir vous mettre dans la peau de vos clients enfants, de vous identifier à eux ;


• Enthousiasme, c'est-à-dire la capacité de jouer (afin d'établir une bonne alliance thérapeutique) et une appréciation des jouets (« matériaux de jeu thérapeutiques ») ;


• Une tolérance pour l'expression ouverte de la frustration et de la colère, le bruit, les dégâts, un niveau d'énergie élevé – et en même temps, la capacité de fixer des limites claires ;


• Flexibilité, créativité, et la confiance de vous en servir ;


• La croyance que les enfants sont importants et que vos efforts pour les aider ne sont jamais inutiles, même si on ne peut pas toujours faire une différence ;


• Des instincts parentaux, c'est-à-dire de vouloir le bien-être et la protection des enfants. L'expérience parentale est également utile pour augmenter votre crédibilité auprès des parents de vos clients enfants et vous permettre de partager les difficultés d'être parent.

On voit dans les exemples de la vieille infirmière et d' Anne Sullivan l'importance des qualités personnelles et relationnelles. Elles sont souvent plus importantes et primordiales que nos compétences et connaissances professionnelles. Helen Keller a souvent parlé du premier jour où Anne Sullivan est entrée dans sa vie comme étant « la journée de naissance de mon âme ».

N'oublions jamais dans notre travail auprès des enfants la valeur du contact humain et de l'amour.



1 comment:

  1. Anonymous11:02 AM

    Incomparable topic, j'aime beaucoup))))

    ReplyDelete